Bio Equitable, côté développement durable

La filière Bio équitable d’Émile Noël au Mali, pour de nouveaux équilibres économiques, sociaux et environnementaux


Un développement social et humain associé au sésame.
Au début du programme, les revenus liés à la production du sésame Bio équitable ont constitué pour les villageois maliens un revenu de complément, utile pour payer les impôts du secteur. Au fil des années, c’est devenu le revenu premier.
Un revenu stable et modulable par les paysans en fonction de leur engagement annuel de culture. Un revenu sécurisé par la solidité et la pérennité de la filière créée par et pour Émile Noël.

Un revenu qui touche désormais 100 000 personnes autour des producteurs. La culture du sésame Bio Equitable a permis aux agriculteurs de tenir à distance d’autres filières, consommatrices de pesticides et d’engrais chimiques, soumises aux variations des cours mondiaux liées à la spéculation et aux conjonctures, ou au contraire sous perfusion de subventions locales et internationales. Auparavant contraints de vendre une partie de leur culture vivrière pour subsister, les producteurs en conserve désormais la totalité.

La filière Émile Noël a posé les bases d’un développement économique durable, qui permet de multiples avancées : alphabétisation, habitation (construction de maisons et apport d’énergie via des groupes électrogènes et panneaux solaires, pompes à eau…), scolarisation (fournitures…),etc.
Une différence notable de niveau de vie existe entre les villages associés au programme sésame et les autres.

L’émergence d’une responsabilité environnementale.

Créateur de nouveaux équilibres économiques avec l’Afrique, nous défendons aussi les équilibres environnementaux en soutenant avec nos partenaires maliens
un programme pour le reboisement et la revalorisation des sols et des ressources, dans les terroirs de production du sésame Bio Equitable.
L’objectif est double :
- d’une part, permettre aux paysans de compléter les bénéfices des cultures de rentes et vivrières par le développement d’une activité agro-forestière.
- D’autre part, associer pleinement l’agriculture biologique du sésame à la préservation et à une utilisation raisonnée des écosystèmes naturels.

Le projet a d’ores et déjà permis de…

  • Créer, organiser et équiper 20 pépinières au sein de 14 villages.
  • Former les pépiniéristes volontaires et les producteurs pour la bonne conduite du reboisement, les bonnes pratiques de lutte antiérosive (brise-vent, haies vives, parefeux…), le suivi des superficies plantées.
  • Produire et planter 50 000 plants dans les espaces communautaires et dans les parcelles Bio équitable : 80 % des plants ont été vendu 40 francs CFA l’unité aux producteurs de sésame impliqué dans le projet et 20 % aux collectivités locales pour la clôture des écoles et l’aménagement d’espaces verts.
  • Diversifier les plantes (plus de 21 essences différentes) et leurs usages, avec notamment l’acacia (bois de chauffe), le baobab et le karité (activité de rente : récolte des fruits et revente, alimentation des populations), le néré (alimentation), le pourghère (haies anti-érosion et utilisation potentielle des graines en agro-carburant pour l’énergie locale.
  • Réglementer “intelligemment”: interdiction des feux de brousse, de nouvelles défriches, de coupes abusives des arbres (essences protégées : néré, karité, baobab…).

Charte Bio Equitable Emile Noël

Téléchargez
la Charte Bio Equitable
Emile Noël