Du commerce solidaire bien avant l’heure

Partout dans le monde, les exigences d’Emile Noël en matière de qualité sont les mêmes : « En bio, on peut s’approvisionner n’importe où sur la planète, alors nous privilégions vraiment les meilleures filières. »
Et à chaque fois, sa démarche dépasse largement le simple échange commercial : « Les partenaires sont des occasions de rapprochement culturels, ils sont riches et complets : je veux connaître le producteur, savoir dans quelles conditions il travaille, traiter directement avec lui, mettre en place une relation fidèle, à long terme. Les quantités importantes que nous négocions nous placent en bonne position pour une relation de qualité. »
C’est dans cet esprit qu’Emile Noël a initié, il y a plus de 25 ans, une filière sésame en Afrique. Même si la notion moderne de « commerce solidaire » n’existait pas encore, on en trouvait toutes les caractéristiques : prix garantis au producteur, engagements sur les quantités, primes pour le bio, financement d’écoles, …