Du vrac aux bouteilles

Emile Noël répond ainsi à la demande des agriculteurs désireux d’avoir leurs propres huiles. A la même époque, la communauté hippie rassemblée sur le plateau du Larzac, friande d’huiles naturelles, fait appel au maître moulinier pour faire triturer ses graines de tournesol. « J’allais sur le Larzac pour chercher leurs graines. On avait de très bons contacts avec les hippies ! Eux aussi, nous ont bien aidés » se souvient Emile Noël, amusé.
Au début, ses huiles ne sont vendues qu’en vrac, localement et à des distributeurs de produits naturels. L’année 1966 marque un tournant important : Emile Noël crée son huilerie, afin de conditionner ses huiles en bouteilles et d’en assurer la distribution, notamment dans ce que l'on appelle alors les « maisons de régime ». Les débuts sont pittoresques : « Dans le sous-sol de la maison, ma femme et nos filles remplissaient les bouteilles d’huile à la main, collaient les étiquettes et mettaient les bouchons. Elles faisaient 80 litres à l’heure ! Il faut que je vous dise, je dois 51 % de ma réussite à ma femme », déclare Emile Noël, les yeux pleins de reconnaissance et d’amour.

Les huiles ainsi mises en bouteille ouvrent de nouvelles perspectives. Amoureux des voyages, Emile et Andrée sillonnent les routes à bord de leur 2CV pour aller les présenter dans tous les salons de produits naturels : Paris, Colmar, Reims… Peu à peu, le champ d’action s’élargit. Bientôt, ce seront les salons de Bruxelles, Copenhague, Madrid, où même Los Angeles qui accueilleront les époux Noël. « Ma femme, depuis toute petite, rêvait de voyager. On est allés partout… Qu’est-ce que l’on s’est fait plaisir ! », aime à répéter Emile Noël. Ici et ailleurs, les huiles de l’entreprise Noël affichent leurs spécificités : des huiles vierges, naturelles et « vivantes », saines, goûteuses et parfumées, en opposition avec les huiles raffinées de l’agroalimentaire industriel. En leur faveur aussi joue l’image attrayante de la Provence, de son soleil, de sa terre, et de son savoir-faire culinaire.